Entretien avec Fanny productrice de plantes - Home naturopathie
22377
post-template-default,single,single-post,postid-22377,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,select-child-theme-ver-1.0.0,select-theme-ver-4.0,wpb-js-composer js-comp-ver-5.2,vc_responsive

Entretien avec Fanny productrice de plantes

Fanny est une jeune femme passionnée et passionnante. En 2016, elle a décidé de se consacrer entièrement à la valorisation et à la préservation d’un terroir en s’installant sur la ferme familiale de son mari pour cultiver des plantes aromatiques et médicinales.

La particularité de Fanny est de s’être spécialisée en particulier sur une plante pleine de promesses en matière de santé : le basilic sacré !

 

Fanny, pourriez-vous vous présenter en quelques mots ?

J’ai fait le choix, en 2016, de changer de vie pour m’installer « là où je me sens à ma place ». Après quelques années passées à Paris dans la décoration d’intérieur, le temps était venu pour moi de construire mon avenir, avec mon mari et depuis nos enfants.

Aujourd’hui à presque 35 ans, grâce aux opportunités écoutées, à mes efforts d’intégration dans le milieu agricole et à ma nature optimiste, je me sens récompensée. Mon entreprise voit le jour en 2019 : « Les Prairies des Vermeils ».

Un idéal de vie qu’il faut organiser, équilibrer, dans le but de vivre en harmonie avec les saisons, selon les rythmes et les besoins de ma famille, en restant connectée à mes convictions et mes valeurs.

Enfin, je trouve un sens à mon travail où se lient vie privée et vie professionnelle.

Est-il possible de nous raconter quand et comment est née votre nouvelle vie professionnelle en tant que productrice de plantes aromatiques et médicinales?

Ce projet est né à la suite d’une prise de conscience.

Nous avions projeté notre avenir dans cette maison entourée de 15 hectares, située à l’orée de la forêt de Pincé dans la Sarthe avec ses chevreuils et ses vaches en pâturage… Un espace préservé comme ils se font rares, avec une forte valeur sentimentale pour mon mari, qui a eu la chance d’y grandir.

L’annonce du changement de destination des prairies en terres céréalières conventionnelles a été le facteur déclencheur.

Nous avons cherché à protéger nos terres, en découvrant nos droits, les possibilités envisageables. La nécessité de « prendre les choses en mains » avec notre propre vision était une évidence.

Dans un tournant de ma carrière professionnelle, et souhaitant m’intégrer dans ce nouveau paysage local, j’ai pris la décision de me former dans le secteur agricole dans le but de reconquérir nos terres familiales : un parcours de deux années très denses et enrichissantes, entre stages et cours théoriques.

Le champs des possibles s’ouvrait à nous, avec la certitude que nous cultiverions des plantes médicinales, sauvages, adaptées à notre terroir, dans le respect de la faune et de la flore, certifiées en agriculture biologique. Petite fille d’agriculteurs et baignée depuis mon enfance dans la médecine et l’alimentation « naturelles », un rêve se dessinait : concevoir des produits locaux, éthiques, faire vivre un lieu et transmettre mes valeurs.

Vous avez décidé de vous spécialiser notamment sur une plante en particulier, pouvez-vous nous expliquer pourquoi ?

En 2017, durant ma formation spécialisée dans la culture et la transformation des plantes à parfums, aromatiques et médicales (CSPPAM), ils nous étaient demandé de réaliser un travail colossal de recherches. Lors d’un dossier d’étude sur le basilic, j’ai rencontré la variété « basilic sacré » connu sous le nom de « TULSI » en Inde.
Mon cœur a vibré ! Signe que j’étais en face d’une plante qui méritait toute mon attention… si fascinante par son histoire, sa force spirituelle et ses nombreuses vertus.

Ainsi, en 2019, il était évident que j’allais l’intégrer à mes cultures. Je me suis lancée dans l’aventure… Le basilic sacré m’a rendu en pleine saison tout l’amour et l’investissement que je lui avais donnés : un rendement magnifique au-delà des espérances et une pleine santé, au naturel ! Avec pour seuls outils, nos mains et du paillage aux foins bio de nos prairies.

Après cette première saison, l’idée de développer une gamme autour de cette plante m’a inspirée et conduite à consacrer une partie de mon temps dans l’innovation, la recherche des futurs produits.

Quelles sont les principales vertus du basilic sacré ?

En médecine traditionnelle indienne (ayurvéda), le basilic sacré est considéré comme « rasayana », une herbe qui nourrit et ramène sur le chemin de la santé, tant pour le corps que l’esprit.

Fanny devant sa récolte

Il est traditionnellement utilisé pour :

Aider à maintenir la force du système immunitaire, la vitalité et la résistance au stress.
– Avoir un effet bénéfique sur divers problèmes de voies respiratoires.
– Contribuer au confort digestif.

Le basilic sacré est classé dans les plantes « adaptogènes ». Rares et précieuses, ces plantes augmentent la capacité du corps à s’adapter aux différents stress, quelles que soient leurs origines.

Pouvez-vous nous expliquer en quelques mots les procédés d’extraction de cette matière première si délicate ?

Pour la matière première sèche, il est préférable de récolter avant floraison ou en début de floraison. Ainsi, nous conservons le maximum de principes actifs dans les feuilles. Récoltées à la main, puis émondées à frais (retrait des tiges), les feuilles sont disposées dans un séchoir à claies fonctionnant à basse température et par déshumidification de l’air afin de limiter la perte de molécules volatiles. La disposition sur claies évite l’échauffement de la plante. Une fine couche est seulement disposée : le séchage en est accéléré.

Concernant la matière première issue de la distillation, nous récoltons en pleine floraison les parties aériennes fleuries. Après la rosée matinale, nous récoltons à la main et remplissons dans la foulée les cuves de l’alambic en inox afin de conserver les principes actifs. La distillation à la vapeur d’eau chaude démarre. N’excédant pas 108 °C, la vapeur entraîne avec elle les composés aromatiques de la plante. Refroidie, elle devient distillat pour enfin se séparer de son huile essentielle. C’est une alchimie magique qu’il faut voir et respirer !
Après plusieurs heures de distillation, nous récupérons une huile essentielle de très haute qualité.
La distillation est de qualité optimale : 1 kg de plante pour 1 kg d’eau.

Le stockage et le conditionnement des matières obtenues sont aussi un facteur de qualité : au sec, à l’abri de la lumière, dans des contenants alimentaires.

Comment et quand se récolte le basilic sacré ?

J’ai fait le choix de travailler manuellement, en utilisant, lors de la récolte, une faucille ou un sécateur, de manière à être minutieuse et ainsi observer attentivement la culture.
La récolte se déroule de juillet à septembre, en fonction des conditions météorologiques.

A qui pourriez vous conseiller d’utiliser vos produits (huile essentielle et hydrolat) ?

L’hydrolat est très polyvalent, tant pour un usage alimentaire (arôme, hydrolathérapie…) que cosmétique. Son utilisation « limitée » est sans danger, il est intéressant pour toutes personnes sensibles à son bien-être général.

L’huile essentielle pour un usage médicinal nécessite la recommandation d’un praticien.
Il ne faut surtout pas l’utiliser pendant la grossesse et l’allaitement, ni chez les enfants.
En diffusion atmosphérique, elle est très intéressante dans les espaces de travail, lieu de concentration… et par son odeur, elle éveille en nous « l’été » : un champ de basilic sacré en pleine floraison butiné par des abeilles !

Y aurait-il de nouvelles recherches en cours qui pourraient élargir le champs des vertus possibles pour cette plante ?

Je porte une grande importance à la recherche, en m’entourant de personnes compétentes : laboratoires d’analyses chromatographiques et bactériologiques, toxicologues…

Cette première analyse complète des molécules présentes dans l’huile essentielle que nous avons obtenue en 2019, ce fût une belle surprise !
Les références et monographies sur cette plante sont principalement issues de cultures originaires d’Inde. Notre résultat d’analyse chromatographique a confirmé un chémotype unique, lié au terroir, au climat, à l’intention apportée à la plante, au travail manuel… Le basilic sacré semble se préserver des ravageurs, résister aux maladies grâce à sa capacité à s’adapter au milieu où il s’épanouit.

Créer des partenariats avec des médecins, pharmaciens, aromathérapeutes, naturopathes, est nécessaire pour la bonne lecture de ces résultats et ainsi transmettre des conseils précis et de qualités.

Personnellement, dans votre vie qu’est-ce que vous faites pour prendre soin de vous? Avez-vous des rituels santé que vous pourriez recommander à d’autres ?

Je porte une grande importance à mon alimentation : manger bio, dans l’idéal issu de mon potager, respecter les saisons et mes envies. Je prends plaisir à colorer mon assiette avec des aromates du jardin et surtout à partager des repas avec ma famille et mes amis.

L’utilisation de cosmétiques naturels m’est essentielle, sachant que notre peau est un organe qui reflète notre santé. Depuis plus de 10 ans, mon rituel beauté est de me colorer les cheveux avec des plantes, ainsi ils sont lumineux et fortifiés.

Le rituel santé que je pratique et que je peux recommander est bien entendu la cure d’hydrolat de basilic sacré ! 1 cuillère à soupe diluée dans un verre d’eau, il est important de ressentir le moment propice pour le prendre. Actuellement je l’aime à jeun, complémenté par des tisanes en journée. Il est vrai que je bois beaucoup d’eau !

Qu’est ce que vous faites pour transpirer, pour vous dépenser?

En pleine saison, mes cultures me demandent suffisamment de désherbage et de soins pour me défouler !
Régulièrement, je pratique la danse contemporaine, ce qui me permet de lâcher prise, de m’évader et de développer ma créativité.
La natation est sans doute le sport le plus bénéfique pour ma musculature en complément du travail agricole. C’est une rigueur à laquelle il faudrait que je me tienne !

Disposez-vous d’une arme secrète pour déconnecter ?

Un bon roman, une balade en forêt, un moment entre amis…

MERCI à Fanny

Vous pouvez contacter Fanny et découvrir ses fabuleux produits à cette adresse mail, lesprairiesdesvermeils@gmail.com  ou par le biais de sa page Facebook: https://www.facebook.com/lesprairiesdesvermeils/

La récolte approche, le basilic est bientôt prêt !

Pas de commentaire

Poster un commentaire